[CHRONIQUE] Les 7 ninjas d'Efu tome 6


01 novembre 2020

                Nous revoilà pour le tome 6 des 7 Ninjas d’Efu de Takayuki Yamaguchi éditée chez Meian. On ne parlera pas de l’édition l’ayant déjà fait dans la première chronique que je vous invite à lire ici. Je vous préviens que cette chronique spoilera. Bonne lecture.

 

Les-7-Ninjas-d-Efu.jpg (62 KB)

 

Résumé : Taeyang, jalousée par les autres femmes du château, entre dans la confidence du seigneur qui l’a enlevée : ce dernier fomente une rébellion contre Ieyasu Tokugawa. Cependant, pour y arrive, il aura besoin de l’armure de Shingen Takeda, la forteresse humaine connue sous le nom de Burokken. L’histoire continue grâce aux aventures de Sôji Okita...

 

  

               Nous revoilà pour la suite de l’histoire de Taeyang d’origine immigré, kidnappé par le seigneur du château Takashima : Yurimizu Suwa. Ce dernier fomente une rébellion contre Ieyasu Tokugawa, mais pour cela il lui faut de la force et de la puissance. Il est tellement avare qu’on ne sait pas jusqu’où l’homme peut aller. Taeyang jurant au seigneur qu’elle a vu Bouddha, celui-ci lui prête deux trésors qui permettront à la jeune femme de réveiller la forteresse (une armure géante, un meccha en somme). Elle y arrive bien évidemment, mais devient l’hôte de Takeda Kansuke et forcément la forteresse attaque le jeune seigneur. Dans cette histoire, il y a un autre élément qui nous est montré très intéressant, c’est la place des immigrants qui sont considérés comme sacrifiable par la noblesse afin d’apaisé les paysans. Ce qui m’a surpris le plus c’est l’éventail qui se transforme en hache, arme à feu, camouflage, bref dans cette histoire on commence à nager en pure science-fiction. Et le prochain récit qui débute vers la fin du tome n’est pas en reste. En effet, nous voyons l’illustre Okita Sōji, capitaine de la première division du Shinsen Gumi (les loups de Mibu). Il va voyager dans le temps, mais à la façon de Terminator, mais pas totalement nu, car il a avec lui son katana et son haori à la main. Ce n’est qu’une entrée en matière pour l’histoire du samouraï, mais il me tarde de lire la suite.

    

               En bref, ce volume nous montre des choses auxquelles on ne s’attendait pas avec un meccha et du voyage dans le temps. Rendez-vous au tome 7.

  

Ryudoka

  

MEIAN : www.meian.fr