[CHRONIQUE] Pinsaro Sniper


08 août 2020

Pinsaro Sniper de Tabé Kôji édité chez Meian. Le premier né de la nouvelle collection Daitan de l’éditeur

 

pinsaro.jpg (85 KB)

 

               Résumé : Le jour, Yuki Kaidô est une simple employée de bureau travaillant dans une petite entreprise et lorsque le soleil se couche, elle se prostitue dans un pink salon, sorte de club de prostitution, mais cette seconde occupation n’est en fait qu’une couverture pour son activité de tueuse à gages ! Surnommée Pinsaro Sniper, elle lutte à sa façon contre un monde corrompu par l’argent et l’ambition, armée de son fidèle fusil à lunette.

 

 

               Pour tout vous dire j’ai été surpris par ce manga je m’attendais à une histoire noire. J’ai vu une publication pour la sortie de l’œuvre avec un dessin vraiment magnifique et en sous-titre : Femme au bureau le jour et tueuse à gages la nuit. Alors qu’elle fût ma surprise quand j’ai découvert en le lisant qu’il était aussi érotique ! C’est de ma faute j’aurai dû regarder sur le site de Meian et je n’aurai pas eu cette surprise. Il faut dire que j’essaye d’en savoir le moins possible sur une œuvre afin de rester le plus impartial possible. Bref cela reste tout de même une histoire noire, le bar rose où notre héroïne « exerce » est une couverture pour recevoir ses missions, puis de les exécuter dans la nuit. D’ailleurs vous aurez dans ce premier tome constamment le même schéma : Yuki est au bureau et vit comme tout le monde, puis le soir elle travaille au bar rose, elle reçoit un client, elle l’écoute en lui faisant son « affaire » et va tuer l’homme qui profite des faibles. J’avoue que c’est assez lassant, même si les personnages et la situation changent, surtout pour l’avant-dernière. Une fois qu’on a compris le déroulement type, on a envie que cela évolue, sûrement dans les deux prochains tomes. Pour le style de dessin, Meian n’a absolument pas tort au sujet du style de Kôji Tabe, il est très léché, le tout fourmillant de détails. Le découpage moderne, mais classique, met en valeur le récit et l’on ne souffre d’aucun manque.

 

               Bref, ne vous arrêtez pas au côté érotique, c’est une histoire noire avant tout, mais qu’il ne faudra pas mettre entre toutes les mains.

 

Ryudoka

Site officiel : https://www.meian-editions.fr/