[CHRONIQUE] Angolmois tome 4


26 octobre 2020

               Nous revoilà pour le tome 4 d’Angolmois de Nanashiko Takagi éditée chez Meian. On ne parlera pas de l’édition l’ayant déjà fait dans la première chronique que je vous invite à lire ici. Je vous préviens que cette chronique spoilera. Bonne lecture.

 

2979_3.jpg (204 KB)

 

               Résumé : Les Mongols ont débarqué sur la plage de Sasu et l’armée de Tsushima contre- attaque en lançant une attaque nocturne. Ils repoussent le chef ennemi, Fuheng Liu, et traversent l’île afin de retourner à la capitale où se trouve la base de leur armée. Contre toute attente, la capitale est la proie des flammes ! Les Mongols dominent sur tous les fronts, Jinzaburô Kuchii est dos au mur !

  

  

               Ce tome va se concentrer principalement sur le passé de Jinzaburô, qui nous montre comment notre héros est devenu un exilé. Ça nous permet aussi de voir la politique à cette époque au Japon, mais pas seulement, nous pouvons également voir celle des Mongols dont les clans ne sont unis qu’en apparence. On nous montre une facette du Japon loin d’être merveilleuse, notamment dans le flash-back, remplie de manipulations et où l’honneur n’est au final qu’un mot. La fin de ce tome nous amène vers une partie plus mystique, mais qui ne sera sûrement pas vu dans notre pays sauf à ceux qui connaissent l’histoire japonaise. En effet, l’empereur Antoku, qui était le 81-ème empereur du Japon, est mort noyé à l’âge de 6 ans lors de la bataille navale de Dan-no-ura, là où il survit dans le manga. On s’écarte ainsi de la version historique du récit, se permettant quelques écarts afin rendre l’histoire plus intéressante. Le tome se conclut sur l’empereur admirant la lame de Jinzaburô, nous montrant que tout est lié. Un tome qu’on dévore rapidement. On ne souffre toujours d’aucun manque, tout est clair sans être lourd en explications.

 

               Bref, encore un très bon volume, pour enfin comprendre le lien entre l’empereur et Jinzaburô rendez-vous au prochain tome.

  

Ryudoka

 

Meian: https://www.meian-editions.fr