[CHRONIQUE] Black Fury


24 octobre 2020

               Black Fury de Stéphane Goddard créateur et dessinateur, Hensher pour le au scénario du premier tome et Adrien Fargue pour le deuxième, édité chez Mahô éditions dans la collection EXP. Un nouveau héros badass arrive dans les librairies.

  

news_RE7S4vrS2Lhsorl.jpg (99 KB)

 

Résumé : L’U.P.O., l’Ultimate Peace Organization, est une organisation secrète qui veille à la protection de l’univers. Parmi ses membres, l’agent Blackfury, un colosse en combinaison noire doté d’une force surhumaine, combat sur tous les fronts au côté de sa partenaire l’agent Sky. Mais l’Alliance du Styx étend son emprise et leurs machinations sont de plus en plus grandes… Surtout, que faire quand même l’U.P.O. semble cacher des secrets ?

  

 

               On peut dire que Black Fury nous met dès le début dans l’action, on retrouve Shide en mission et on ne comprend pas tout de suite les tenants et aboutissants, mais cela s’éclaircit assez vite. Nous sommes dans un monde qui mélange mystique, science-fiction, super héros et machinations politiques. L’ambiance me fait penser beaucoup à d’anciens films tel que Dune, nous montrant des espaces vides, mais magnifiques mettant en valeur une structure ou autre. On y voit un design aujourd’hui plus vraiment exploité et je peux dire que j’aime beaucoup. On a cette sensation d’être dans l’espace tout en mettant en avant un lieu. On voit que Stéphane Goddard à vraiment réfléchit son univers graphique comme Sky et Datura, deux femmes qui ont et auront un impact sur notre héros, l’une aux cheveux blancs et l’autre aux cheveux noirs comme le yin et le yang. D’ailleurs, le dessin tranche radicalement entre le clair et l’obscur. Graphiquement, soyons clair, ça ne plaira pas à tout le monde, il n’est pas conforme à ce que nous avons l’habitude de voir dans un manga, mais je pense que cela fait aussi la force de cette bande dessinée. Il y a également une couleur dominante dans chaque tome, la dorée pour le premier volume et le rouge pour le second, mais je ne serai dire s’il y a une signification à cela. Ça reste très agréable de voir un peu de couleur tout au long de l’histoire. Parfois, vous aurez autres d’autre couleur comme le vert, mais ce ne sont pas des couleurs qui domine le volume. Le découpage est moderne et dynamique, il aura parfois un manque pour suivre l’action, mais rien de gênant, et j’ai trouvé certaines bulles, notamment les transparentes, parfois difficiles à lire.

               En bref, Black Fury est une bonne histoire de SF, si vous aimez cela foncez l’acheter !

Ryudoka.