[CHRONIQUE] ICHTHYOPHOBIA


15 avril 2021

Ichthyophobia au nom original Pà Yú de Nán Rén est un manhua taiwainais de Li Lung-Chieh sorti en 2015 et édité par Nazca Éditions. Un seinen aux genres aventure, comédie et fantastique qui a pour particularité d’avoir une narration sans texte. Un one-shot de 176 pages qui a gagné la médaille d’argent du prix international du manga au Japon en 2016 ainsi que le prix de l’oeuvre de l’année lors du 7ème Golden Comic Awards à Taiwan. Il s’agit de la première œuvre de l’auteur à être publiée à l’étranger. 

prix.jpeg (215 KB)

Pour résumer l’histoire, ces 176 pages nous racontent l’aventure d’un homme souffrant d’ichthyophobie, c’est-à-dire la peur des poissons (maladie dont souffre l’auteur) à travers 7 chapitres dont nous voyons les étapes avec les noms de ceux-ci. Chaque évocation, ressemblance ou vision le répugne et cela l’empêche d’avoir une vie normale. Notre héro enchaîne les situations où sont mélangés horreur et comique dans la vie du quotidien et prend la décision de monter un mouvement anti-poissons.

Les personnages prennent leur importance, rien n’est choisi au hasard. Les animaux de la forêt montrent leur place dans l’histoire au fur et à mesure de la narration. Un jour, sa psychose va devenir réalité et partir totalement en vrille avec des zombies/poissons... L'ennemi devient allié afin de régler le problème du village.

Je trouve la manière d’aborder cette maladie intéressante car l’auteur en souffrant lui-même, a dû avoir beaucoup de difficultés et a dépassé ses peurs tout comme son personnage principal. Ce récit nous fait passer par différentes émotions à travers le personnage, tels que la compassion, le dégoût, la joie, la peur, la colère et bien d’autres… 

Graphiquement parlant, Ichtyophobia possède des dessins très détaillés et soignés. Des trames linéaires qui donnent une impression de mouvement. La narration visuelle est simple ce qui facilite la compréhension de l’histoire malgré le manque de texte qui n’est absolument pas dérangeant. Les actions s’enchaînent naturellement, cela ne vous laisse pas décrocher de la lecture. L’auteur nous transporte dans son univers où l’aventure est poésie grâce à son travail graphique sublime. Le manque de narration ajoute un charme à l’histoire grâce aux illustrations de l’auteur qui sont mises en avant.

Nazca Éditions nous propose un grand format de 176 pages à la jaquette réversible avec deux couleurs, rouge et bleu. L'œuvre peut être lue par tous les âges. 

i-phobia-sample.jpeg (115 KB)

Pour conclure, Li Lung Chieh a réussi à réaliser une histoire originale qui touche, avec sa prise de risque qu’est l’absence de texte. Ce titre a vraiment été très agréable à suivre et à découvrir. L'auteur traite d’un sujet qui n’est que très peu abordé sur le ton de l’humour. Le personnage principal va affronter son traumatisme par amour, une bien jolie morale. Le graphisme est vraiment mis en avant et c'est ce que j'ai particulièrement apprécié. L'originalité de ce titre de part son choix narratif et du sujet traité fait de Ichthyophobia un très bon manga dans tous les domaines.

 

Vadsana

 

NAZCA ÉDITION: https://nazca-editions.fr