[CHRONIQUE] TOMBÉE DU CIEL TOME 7

24 février 2021 à 10h00

                Nous revoilà pour le tome 7 de Tombée du ciel de Suu Minazuki éditée chez Meian. On ne parlera pas de l’édition l’ayant déjà fait dans la première chronique que je vous invite à lire ici. Je vous préviens que cette chronique spoilera. Bonne lecture.

  

Tombee-du-Ciel (1).jpg (67 KB)

  

Résumé : Je m’appelle Tomoki Sakurai. En route pour la piscine ! De belles demoiselles à la vue de tous à moitié nues, ça fait vraiment envie. Des seins à l’air libre ! Des fesses ! Est-ce que je suis au paradis ?! Et un beau jour, j’ai revu une jeune fille apparaître dans mon rêve. Mais cette fois-ci, ce n’est pas la même personne que d’habitude…

 

            Comme pour le dernier tome, mais cette fois-ci de façon plus prononcée, ce volume va se plonger dans l’intrigue. D’ailleurs, à part les premiers chapitres très humoristiques, mais on reviendra sur la fin du premier, et les histoires bonus, l’ensemble reste dans une trame sérieuse incroyablement prenante. Tout s’accélère, montant la pression incroyablement. Et tout commence dans ce volume avec la fin du premier chapitre, où après les pitreries de Tomoki habituelles à la piscine, le jeune homme va s’évanouir et rêvé de nouveau de Synapse, mais avant de recevoir un avertissement d’une ange encore assez énigmatique, un angeloïd apparaît et met fin à la discussion, réveillant par la même Tomoki effrayé. Eishiro continue son enquête avec l’aide de Nymph sur Synapse, mais l’angeloïd du rêve de Tomoki intervient de nouveau. Elle est de la nouvelle génération, de type Epsylon nommé Chaos, tout est dit. Il faut dire que ses pouvoirs et capacités font froid dans le dos. Même si Tomoki intervient pour aider Nymph, c’est au tour d’Astraea de se libérer de ses chaînes et d’affronter la deuxième génération. On peut encore voir la cruauté de leur maître ange qui se délecte de leur souffrance. Le tome se finit sur un cliffhanger avec Delta. Pourtant habitué à beaucoup d’humour dans les tomes précédant, on entre sans mal et on est tenu en haleine par cette partie totalement sérieuse. Il a été difficile pour moi de vous écrire tout d’abord cette chronique avant de me jeter sur le tome suivant. L’auteur gère vraiment à merveille les deux facettes de son œuvre.

  

            En bref, un tome résolument plus sérieux, une tension montante au fil des pages. Je vous donne rendez-vous pour le prochain volume, moi je file le lire.

 

Ryudoka

 

Meian : https://www.meian-editions.fr